08/02/2015

BGH vous informe : les jours fériés, ce qu'il faut savoir

Jours fériés
Les jours fériés légaux (autres que le 1er mai) peuvent être chômés ou travaillés selon les dispositions applicables à chaque branche d’activité et à chaque entreprise. La question de la rémunération des jours fériés chômés fait l’objet d’un traitement spécifique.

Quels sont les jours fériés légaux ?

Les jours fériés légaux sont : le 1er janvier, le lundi de Pâques, le 1er mai, le 8 mai, l’Ascension, le lundi de Pentecôte, le 14 juillet, l’Assomption (15 août), la Toussaint, le 11 novembre, le jour de Noël.
 
A cette liste s’ajoutent : la journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage dans les départements d’outremer
(DOM) et, dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, le lendemain de Noël et le Vendredi saint.
 
Les jours fériés sont-ils obligatoirement chômés et payés ?
Hormis le 1er mai qui est obligatoirement chômé, les jours fériés peuvent être travaillés sauf disposition conventionnelle contraire.
 
En cas de chômage d’un jour férié, le maintien de salaire n’est pas automatique : cela dépend du contenu de la
convention collective applicable et de l’ancienneté du salarié.
 
Comment rémunérer les jours fériés travaillés ?
En cas de travail un jour férié, les conventions collectives prévoient souvent des contreparties financières ou des
temps de repos en compensation.
 
Il peut aussi y avoir des dispositions spécifiques pour les jeunes de moins de 18 ans, les salariés à domicile, etc.
Si le 1er mai est travaillé, il faut majorer le salaire de 100 %.
 
Si l’employeur veut accorder un pont aux salariés, entre un jour de repos hebdomadaire et un jour férié, les heures
perdues du fait du pont peuvent être récupérées.
 
 
 
 

Partager cet article